Petite-Île

Géolocalisation sur la carte : La Réunion
Géolocalisation sur la carte : La Réunion
Petite-Île est une commune française de l’île de La Réunion.

La commune est limitrophe de Saint-Joseph, à l’est, et de Saint-Pierre, à l’ouest sortie de chemise de football adidas.
Elle tire son nom de l’îlot de Petite Île qui se trouve au large du littoral, le seul de la Réunion Les autres rochers émergents de la Réunion n’ont pas de végétation terrestre et ne peuvent pas être qualifiés d’îlots. Sa devise souligne sa vocation rurale : « Une ville à la campagne ».

L’attribution des premières concessions du Sud par le gouverneur Antoine Boucher date de fin 1727 ; bien que les réels propriétaires de ces terres résident à Saint Paul, ils confient leur gestion à une dizaine de concessionnaires créoles, chargés d’y cultiver café, fruits et légumes : Hoarau, Rivière, Nativel, Bellon, Folio… Certains autres habitants sont des pirates rangés : Edouard Robert et Thomas Elgar maillots de football 2016, et des fils de pirates (Noël et Folio).
La commune a été créée en 1935 et les premiers maires sont le Dr Arnaud puis son adjoint Antonin Folio. Le développement de la commune va alors s’axer sur l’essor agricole, notamment la production d’ail, qui fait sa notoriété dans l’île entière. En 1958, la distillerie How-Choong ouvre ses portes et la culture du vétiver dans la commune durera jusqu’à sa fermeture maillots de foot 2016, en 1993.
L’électricité apparaît dans la commune en 1954, et avec elle le téléphone puis la première station d’essence avec l’importateur Shell.
En 2012, la commune comptait 11 564 habitants. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d’une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].
Petite-Île est une commune multipolarisée. C’est la seule de l’île avec Bras-Panon et Trois-Bassins.
On trouve sur le territoire communal un collège public, le collège Joseph Suacot. Il n’y a pas de lycée.
Hormis un peu d’activités de service (enseignement, administration, petits commerces) et d’artisanat, la commune n’accueille pas d’industries, à l’exception d’une cimenterie, ni de grands commerces. L’activité du territoire est essentiellement agricole, comptant une part de production cannière, mais aussi une grande variété de cultures maraîchères ou fruitières : choux, ail, carottes, fraises, agrumes, thym, etc. La commune organise ainsi chaque année en octobre une fête de l’ail.
Sur le plan touristique, le site côtier de Grande Anse attire de nombreux visiteurs et pique-niqueurs, réunionnais ou extérieurs. Un hôtel de luxe bénéficiant d’un panorama exceptionnel domine le site. Dans l’intérieur rural, il existe plusieurs gîtes touristiques 2016 chaussure de foot.
Une partie de la population est simplement résidentielle, attachée au bassin d’emploi de Saint-Pierre, et dans une moindre mesure de Saint-Joseph.
Il y a un musée qui retrace l’histoire de la Petite Île à travers une collection d’objets historiques, le musée Varlop Galèr, créé par Serge Hoarau.
Christophe Payet a été maire de la commune du 14 mars 1983 au 16 mars 2008, soit pendant quatre mandats successifs. C’est le socialiste Guito Ramoune, également conseiller général du canton de Petite-Île qui lui a succédé.
Sur les autres projets Wikimedia :

GET-ligaen

GET-ligaen (English: the GET-league) is the premier Norwegian ice hockey league, organised by the Norwegian Ice Hockey Association. The league was known as 1. divisjon (1st division) until 1990, when it was reorganized and named Eliteserien (The Elite League). That name was held until 2004 when cable TV company UPC became main sponsor. UPC Norway changed its name to GET in 2006 and hence the name of the league was also altered.
The league works on the premise of promotion and relegation, so the two teams who placed last must play the top two teams from First Division (the league ranked immediately below GET-ligaen) for the rights to play in next GET-ligaen season.
A list of other leagues and teams in Norway can be found here.

The Eliteserien season is divided into a regular season, lasting from mid September to the first week of March, and a postseason, consisting of the Norwegian Championship playoffs, and qualification for the league in the following season. During the regular season adidas soccer jerseys 2016 online, clubs play each other in a predefined schedule. The Norwegian Championship, which is contested in March and April, is an elimination tournament where two clubs play each other in a best-of-seven series in order to advance to the next round. The final remaining team is crowned the Norwegian champion. Teams not qualified for the playoffs must compete with the best teams from the second league level—1. divisjon—for the right to play in next season’s Eliteserien.
The league’s regular season is organized according to a quintuple round robin format implemented ahead of the 2008–09 season. Clubs play each other five times, at least twice at home and twice away, for a total of 45 games per team. The right to play the fifth game at home is awarded on a rotational basis determined by the final standings in 2007–08. The five highest ranked clubs were awarded a third home game in 2008–09; the other five clubs would then get an extra home game in 2009–10, and from then on, every other season. However, because of the bankruptcy of Comet in October 2009 and reduction to nine teams for that season, a sixth round robin was added to the schedule so that all teams played an equal number of home and away games, amounting to 48 in total.
Points are awarded for each game, where three points are awarded for a win in regulation time, two points for win in overtime or a shootout and one point for a loss in overtime or a shootout. No points are awarded for a loss in regulation time. Teams are ranked by total points; if two or more teams have an equal number of points, they are separated using head to head records, then goal difference head to head and goals scored head to head. If two or more teams are still ranked equally, goal difference and goals scored in all 45 games are used to break the tie. At the end of the regular season, the team that finishes with the most points is crowned league champion.
The Norwegian Ice Hockey Championship, or playoffs, is contested by the eight best teams in the league following the conclusion of the regular season. There are three rounds, each played as a best-of-seven series; the winner advances to the next round, while the loser is eliminated from the tournament. In the first round, or quarter-finals, the highest seed chooses which of the two lowest seeds to be matched against. The highest remaining seed then chooses between the two lowest remaining seeds until all teams have an opponent. In the second round, or semi-finals, the teams are re-seeded, with the highest remaining seed again being allowed to choose which of the two lowest remaining seeds to play against. The remaining teams pair off in the other semi-final, and the winner of each series advances to the finals.
In each round the higher-ranked team is said to be the team with the home ice advantage. Four of the seven games are played at this team’s home venue—the first and third, and, when necessary, the fifth and seventh games—with the other games played at the lower-ranked team’s home venue. In the finals, the team with the most points during the regular season is given home-ice advantage.
The two lowest ranked teams after the regular season are in danger of being relegated and will have to play in a qualification tournament along with the two highest ranked teams from the 1. divisjon. All four teams must agree to play in the Eliteserien (if promoted) before they are allowed to participate in qualifying. If a team is unable, for whatever reason, to make such a commitment, the position is offered to another team in the 1. divisjon. The tournament is played in March and is organized according to a double round robin format: each club plays the others twice, home and away, for a total of six games giubbotti outlet. The points system and ranking method used are the same as in the Eliteserien. At the end of the tournament, the winner and runner-up qualify for next Eliteserien season, while the other two are demoted to (or remain in) the 1 bogner skikleding 2016. divisjon.
The following ten clubs will compete in the Eliteserien during the 2015–16-season.
The Norwegian Ice Hockey Federation and the teams’ organisation (Elite Hockey AS) announce a number of awards hermes birkin, among others:
Since 1993, the league is averaging 1,400 spectators visiting the games, ranging from a low of 820 in 1996/7 to 1600 in 1994/5. With the increase in the number of games played, the total attendance is approaching 400,000 in the last few years. See GET-ligaen seasons attendance for more details.

Rascal Video

Rascal Video is a US West Hollywood-based, California gay film studio and producer, founded in 1999 when Chi Chi LaRue was introduced to Channel 1 Releasing by pornographic film actor-director Doug Jeffries. LaRue joined Channel 1 Releasing and formed her own gay adult film label, Rascal Video. the first video produced under this name was “Steele Ranger” in 1999. The parent company for distribution is Channel 1 Releasing.
In 2008, Rascal agreed exclusive video on demand rights for their range with GayHotMovies.com.
Rascal is known for discovering some of the most popular porn performers of the genre: Johnny Hazzard birkin hermes, Eddie Stone, Dylan Pierce, Luca DiCorso, Eddie Diaz, Robbie Angel, Jimmy Durano, Matt Summers, Theo Blake converse schuhe, Claudio Martin, Josh Vaughn, Cameron Marshall and more.
In the past decade, the label has also signed exclusives Blake Riley, Jeremy Bilding, Mitchell Rock hermes birkin, Brent Everett, Benjamin Bradley and Vance Winter.
Rascal Video is the label under Channel 1 Releasing that has produced the most high-end big budget movies, such as “BOLT,” “Wrong Side of the Tracks” and “Taken: To the Lowest Level.”
In 2010 sacs de mode, Chi Chi LaRue tapped reality television star Steven Daigle of “Big Brother” (Season 10) to star in his first X-rated feature, “Steven Daigle: XXXPosed” for Rascal Video.

Pays (aménagement du territoire)

Le pays est une catégorie administrative française d’aménagement à caractère géographique désignant un territoire présentant une « cohésion géographique, économique, culturelle ou sociale maje soldes, à l’échelle d’un bassin de vie ou d’emploi » afin d’exprimer « la communauté d’intérêts économiques, culturels et sociaux de ses membres » et de permettre l’étude et la réalisation de projets de développement. Ce statut a été créé en 1995 par la Loi d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire (LOADT), dite Loi Pasqua du 4 février 1995, renforcé par la LOADDT (dite Loi Voynet) du 25 juin 1999.
Les pays sont des territoires qui ne sont ni des collectivités territoriales, ni des cantons, ni des Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre.
Produits d’une démarche volontaire et contractuelle des communes, les pays couvrent une grande partie du territoire français. Malgré l’essor récent des Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) (en particulier des Communautés de communes), ils restent des acteurs efficaces et reconnus du développement local sur le territoire français, particulièrement en milieu rural[réf. nécessaire].
L’article 51 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales a supprimé la possibilité de créer de nouveaux pays.
Les pays peuvent être représentés et gérés sous différentes formes juridiques : syndicat mixte de pays, association, groupement d’intérêt public… Leur financement provient de la participation de leurs membres (Communautés de communes maillots de football, communes) et de multiples contrats avec le département, la Région, l’État (ex: les conventions territoriales dans le cadre des contrats de projets État-région), l’Union européenne, l’ADEME…

Provenant de la notion ancienne de “pays” géographique (appartenance sociale à un lieu, une vallée, une culture…), ces unités territoriales sont officialisées en 1995 grâce à la Loi Pasqua d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire afin de créer et promouvoir un développement global et durable du territoire concerné et de favoriser les relations entre pôles urbains et arrière-pays rural. Ils résultent d’une démarche ascendante et volontariste des acteurs locaux souhaitant s’unir autour d’un périmètre pertinent (bassin de vie) afin de dynamiser le territoire par de nombreux projets (emploi, santé, qualité de vie, tourisme, habitat, patrimoine, aménagement du territoire, environnement…).
D’abord expérimentaux, puis constatés par les préfectures, les pays ont depuis la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) de décembre 2000 vocation à être reconnus par l’État dans le cadre d’une convention. Les pays actuels avaient jusqu’au 7 mai 2006 pour signer avec l’État. On a coutume d’apparenter les Contrats de Développement Durable de la Région Rhône-Alpes à des pays puisqu’ils partagent les mêmes objectifs de développement local.
Le « conseil de développement » réunit les élus et les acteurs économiques, sociaux, culturels ou associatifs, au sein d’un organe de réflexion sur la politique de développement du territoire à mener. Il émet des avis, des propositions et accompagne les projets. Le conseil de développement concerne également les communautés d’agglomération. La « charte de développement du pays » permet de fixer les enjeux et les objectifs du pays (elle agit comme la « Constitution » interne du pays).
En 2010, la loi Grenelle II ajoute que si un périmètre d’un « SCoT » (schéma de cohérence territoriale, mis en œuvre par une autre entité juridique, le syndicat mixte de pays) « recouvre en tout ou partie celui d’un pays ayant fait l’objet d’une publication par arrêté préfectoral, le PADD (projet d’aménagement et de développement durables) du schéma de cohérence territoriale prend en compte la charte de développement du pays ». Florent LAMIOT – Projetdeterritoire.com | newsletter #161 | 17 septembre 2014
Il existe aussi des pays non reconnus comme « pays Voynet », c’est-à-dire à l’échelon national, car les critères de reconnaissance sont parfois loin de ce que sont certains pays.
Les pays ont souvent a travailler conjointement et à participer à des projets avec d’autres entités que les collectivités territoriales publiques, telles que des établissements publics administratifs (EPA) nationaux ou régionaux (par exemple des universités ou instituts publics de recherche), des entités mixtes ou paritaires (par exemple des agences régionales de santé), des chambres de commerce et d’industrie, des chambres des métiers et de l’artisanat, des chambres d’agriculture, et certains partenaires économiques de portée largement supérieure au seul territoire du pays (tels que les syndicats de gestion d’installations portuaires ou aéroportaires, de gestion de grands quartiers d’affaire ou encore de zones franches, ou des grands acteurs industriels tels que les producteurs et transporteurs d’énergie, ainsi que parfois des partenaires transfrontaliers réunis avec des partenaires locaux dans un groupement d’intérêt européen).
En 2014, l’article 79 de la loi MAPTAM permet aux pays la possibilité de se transformer en pôles d’équilibre territoriaux et ruraux (PETR), ce qui leur donne un statut juridique renforcé, transformation qui doit alors se faire en plusieurs étapes.
La Normandie, découpée en 5 départements, est également découpée en 28 pays, dont un, le (Pays d’Alençon), est commun avec les Pays de la Loire
L’Alsace est découpée en 2 départements et également en 10 pays :
L’Aquitaine, découpée en 5 départements, est également découpée en 26 pays.
La région d’Auvergne, qui comprend quatre départements, compte actuellement treize pays :
L’ancienne Basse-Normandie, découpée en 3 départements, étaient découpée en 13 pays, dont un (Pays d’Alençon) commun avec les Pays de la Loire
La Bourgogne, découpée en 4 départements, est également découpée en 17 pays :
La région administrative de Bretagne, compte 4 départements et 21 pays :
La région Centre-Val de Loire, composée de 6 départements, compte 30 pays :
La Champagne-Ardenne, découpée en 4 départements, est également découpée en 25 pays :
La Franche-Comté, découpée en 4 départements

Bogner Ski Wear Hommes 3101

2015 Bogner Ski Wear Hommes Kanoa-D Ski Doudoune 3101 Blanc Bleu Rouge Marine

BUY NOW

€1.260,70
€408,00

, est également découpée en 16 Pays :
L’ancienne Haute-Normandie, qui réunissait les départements de la Seine-Maritime et de l’Eure comprennait 15 pays :
La région Languedoc-Roussillon comporte 19 pays :
Le Limousin est composé de 16 pays.
Midi-Pyrénées comprend 32 pays :
Le Nord-Pas-de-Calais, constitué de 2 départements, est composé de 12 pays :
La Picardie, découpée en 3 départements, est également découpée en 17 pays :
La région Poitou-Charentes, découpée en 4 départements karen millen france 2016, est également découpée en 27 pays :
La Provence-Alpes-Côte d’Azur, découpée en 6 départements, est également découpée en 15 pays.

Baudre

Géolocalisation sur la carte : Manche
Géolocalisation sur la carte : Manche
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : France
Baudre est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 535 habitants[Note 1].

La commune est en pays saint-lois. Son bourg est à 3,5 km au sud de Saint-Lô, à 6 km au nord-ouest de Condé-sur-Vire et à 9 km à l’est de Canisy. Son territoire s’étend de la Vire à l’ouest jusqu’à l’est de la route nationale no 174 de Saint-Lô à Vire.
C’est une petite commune de 380 hectares à l’aspect rural. Néanmoins, Baudre vit beaucoup avec la ville proche et sa population de 535 habitants en 2013 est très loin de trouver son activité sur place.
Baudre est dans le bassin de la Vire qui délimite le territoire à l’ouest. Deux de ses affluents parcourent le territoire communal dont le Fumichon, ou ruisseau de Baudre, qui passe au sud du bourg après avoir marqué la limite avec Saint-Lô au nord-est. La partie originelle de la commune est constituée par la vallée du Fumichon jusqu’à son confluent avec la Vire ainsi que les hauteurs qui la dominent. Par contre, la partie communale rattachée à Baudre en 1793 (Fumichon, sur l’ancienne route nationale 174) est formée par une pente orientée sud-nord qui trouve sa limite nord sur le Fumichon lui-même.
Le point culminant (93 m) se situe en limite nord, près du bourg. Le point le plus bas (14 m) correspond à la sortie de la Vire du territoire, à l’ouest. La commune est bocagère.
Le nom de la localité est attesté sous les formes Baldra en 1056 et Saint-Ouen-de-Baudre en 1801. Albert Dauzat y perçoit la racine prélatine baudr- maillots de foot en ligne 2016, « boue ». Il est suivi avec réserve par René Lepelley qui quant à lui cite une racine baldr-.
L’abbé Bernard, dans son Histoire de la ville de Saint-Lô et de ses environs, émet l’opinion que l’on pourrait voir dans l’étymologie de ce toponyme « Baldéricus », transformé en Baudry puis en Baudre. Jean Adigard des Gautries a lui conclu à une origine inconnue. C’est la seule commune de ce nom en France, mais il faut en rapprocher la commune de Baudres dans l’Indre.
Le gentilé est Baudrion.
Il semble ne pas y avoir de documents décrivant les premiers peuplements de ce territoire. La configuration du terrain, et le fait même que le hameau qui porte le nom de Baudre soit proche de la Vire, laissent penser que c’est par cette dernière et sur ses bords que les circulations se faisaient et probablement depuis des temps très lointains.
Le château, dont il ne reste rien d’intéressant, a été construit au pied du hameau de Baudre, au milieu des prés traversés par le Fumichon et qui étaient autrefois assez marécageux. On voit encore des douves au nord et à l’ouest des bâtiments. Il était bien situé pour commander au passage de la vallée de la Vire, mais aucune indication sur l’état ancien de ce château ne peut être fournie. Mais il est certain que, dès le XIe siècle, il abritait les seigneurs du lieu.
Avant la création du duché de Normandie, on ne trouve pas trace du nom de Baudre. Certes, on sait que Laud, qui était de noble origine et fort riche, possédait le domaine de l’ex-Briovera gallo-romaine qui devait devenir plus tard la seigneurie de Saint-Lô. Baudre, avec Le Mesnil-Rouxelin, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Saint-Georges, faisait partie de ce domaine. Laud, devenu évêque de Coutances en 525, donnera ses biens à son église, comme c’est l’usage à cette époque. L’église de Baudre se trouva aumônée à l’abbaye de Saint-Lô sandro soldes.
Pour la première fois, il est fait explicitement mention de Baldra en 1056 dans la notice de confirmation par Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, des biens de la cathédrale de Coutances, à laquelle ils avaient été apportés par Laud. Dans ce texte est également cité Folmucen, dont le toponyme subit au cours du temps des transformations en Folmuçon, puis Folmichon ou Fouinichon avant de devenir enfin Fumichon.
Henri Ier Beauclerc, duc de Normandie, qui régnera de 1100 à 1135, mentionne dans un texte adressé à Richard de Brix, évêque de Coutances depuis 1123, l’église de « Saint-Ouen de Baudre sur la Vire » (Ecclesiam de Santo Audœno de Super Viram).
Au XIIIe siècle, il n’y avait pas de chapelle dans la paroisse de Baudre. C’est plus tard que l’église fut bâtie sur le sommet du coteau au pied duquel coule le Fumichon. Dans ses parties les plus anciennes (le chœur), on trouve la trace du XVe siècle. Elle a subi depuis de nombreuses transformations.
La paroisse Saint-Ouen de Baudre a-t-elle eu comme fondateurs des Saint-Ouen ou des de Baudre ? On ne le sait pas. Mais l’abbé Bernard a relevé qu’en 1196 on voit un Nicolas de Saint-Ouen, prêtre, témoin à la charte de donation de l’église du Mesnil-Eury à l’abbaye de Saint-Lô ; et en 1210, un Guillaume de Saint-Ouen tenait à Baudre, de l’évêque de Coutances, le tiers d’un fief de chevalier. Les de Baudre n’auraient donc pas été les premiers, ou du moins les seuls seigneurs de cette paroisse. Les Saint-Ouen étaient une famille très ancienne dans la province d’après de Magny, mais rien ne prouve qu’elle se soit primitivement établie à Baudre, car elle avait en effet d’autres fiefs seigneuriaux. A-t-on voulu en prenant saint Ouen comme patron de la paroisse rappeler le patronyme de cette famille ? Ceci n’est pas exclu.
Le premier de Baudre qui soit connu est Guillaume de Baudre qui, en 1236, aumôna à l’abbaye de Saint-Lô un demi-acre de terre « dans la campagne de Chantepie ». La même charte rappelait qu’il avait fait auparavant une donation à l’Hôtel-Dieu de Saint-Lô pour le « Salut de son âme et celles de ses ancêtres ». En 1278, son fils Guillaume de Baudre confirme cette donation et en fit de nouvelles à ladite abbaye.
En 1319, Guillaume de Thieville, évêque de Coutances, demanda au roi Philippe V confirmation de certaines donations faites à l’église de Coutances. Parmi les lieux cités figurent « Mesnil Rhétand qu’on appelle Fumichon, avec un moulin qui est à Baudre, nommé le moulin Vautier » ). En 1327, un Jehan de Baudre était procureur de l’abbé de Saint-Lô dans un procès jugé à Bayeux entre ledit abbé et Roger Bacon au sujet du patronage de Rampan.
Le 10 juin 1381, Guillaume Paynel, seigneur de Hambye, l’un des deux capitaines pour le roi du pays de Normandie, certifie par lettres données à Carentan, « que Jean de Baudre estoit en sa compagnie pour servir le Roy, nostre Sire, suffisamment monté et armé ». En 1389, Guillaume de Crèvecœur étant évêque, Renon de Rampan lui rend aveu du fief de Rampan dépendant de la baronnie de Saint-Lô : « Service d’ost doit se faire et payer en la présence… du seigneur de Baudre ». Le 26 décembre 1390, Jean de Baudre « baille dénombrement à Révérend Père en Dieu, l’évesque de Coutances, sieur et baron de Saint-Lô, dud. fief et sîourie ».
En 1414, des lettres patentes du Roi ordonnent que le sieur de Baudre et Richard son fils, « garderoient le château de Bonfossé appartenant a Jean de Marte, évesque de Coustances, et partant excuse du ban » . En 1463 et 1464, se fit une recherche de la noblesse par ordre du roi Louis XI. En la ville et sergenterie de Saint-Lô, seize hommes furent trouvés nobles. On y relève les noms de Jean de la Haize, Guillaume de Quesnequerin de Saint-Ouen et Guillaume de Baudre.
Le 12 décembre 1486, Eustace de Baudre fait hommage du fief de Baudre à Geoffroy Herbert, évêque de Coutances, baron de Saint-Lô.
En 1523, Jean de Baudre, écuyer-seigneur de Roncheray, de la Vallée et autres lieux, commandait la noblesse du Cotentin. Cette même année à Saint-Lô, devant Jean Le Venart, lieutenant de l’élection de Coutances, au siège de Saint-Lô maje soldes, commissaire du Roi, Jean de Baudre baille sa généalogie et déclare que ses « prédécesseurs et luy subcessivement avoir de tous tems ny qu’il n’est mémoire d’homme au contraire, vescu noblement au service et ban du Roi, nostre Sire, Dict qu’il est personne noble, extraict de très noble lignée ».
Jean de Baudre, seigneur du lieu, faisait partie des gentilhommes présents à l’arrivée de François Ier à Saint-Lô le 15 avril 1532. Gilles et Guillaume de Baudre, après avoir pris le parti de la Réforme, font retour à la religion catholique en 1585 et 1586. Dans cette famille, on avait beaucoup d’enfants, ce qui fait qu’on retrouve des de Baudre dans divers endroits de la Manche et du Bessin.
En 1623, Marie-Magdeleine de Baudre de Soubressin épousa François Toustain, sieur de la Valette. De ce mariage naquit René Toustain de Billy qui devint plus tard curé du Mesnil-Opac (près de Saint-Lô) et fut l’historien des évêques de Coutances et des villes du Cotentin. Les de Baudre étaient peu riches et dans le « Rôle de la Noblesse du Cotentin en 1640 », on lit ceci à propos d’un Jacques de Baudre : « a Povre – Povre à présent – Est sorti d’une fille d’Aigneaux – Son père avait beaucoup de bien qui est ruiné à présent – gens qui porte l’épée et peu riches, etc. ».
Les représentants de la famille de Baudre étaient nombreux et il est possible d’en retrouver la trace dans la Manche et le Calvados tout au long des XIVe, XVe, XVIe, XVIIe et même XVIIIe siècles. C’est vers le début du XVIIe siècle que les de Baudre cessèrent de posséder la seigneurie de cette paroisse.
Comme Toustain de Billy, l’astronome Le Verrier, né à Saint-Lô, le 11 mars 1811, appartenait par sa mère

Bogner Cervinia Handschoen Rood Neah-D 3072 Wit Roze Blauw Rood Ski Jas Pira-D Wit Skibroek

Bogner Cervinia Handschoen Rood Neah-D 3072 Wit Roze Blauw Rood Ski Jas Pira-D Wit Skibroek

BUY NOW

€728,00
€582,00

, née de Baudre, à l’une des branches ayant fait souche dans le Calvados.
La famille de Baudre, l’une des plus nobles et des plus anciennes de Basse-Normandie, portait « d’argent au croissant de gueules accompagné de six merlettes de même, posées trois en chef et trois en pointe deux et une ».
Dès 1608, on trouve un nouveau seigneur en la personne de François du Buhot (ou du Bichot) lequel est qualifié sur les registres d’état civil de « sieur de Baudre ». Des de Baudre continuèrent à habiter Baudre. Guillaume de Baudre mourut à Saint-Ouen de Baudre et fut inhumé le 25 novembre 1634 dans l’église de la paroisse.
On sait qu’en 1742, le seigneur était Michel du Buhot (ou du Bichot), écuyer, patron honoraire de Saint-Ouen de Baudre. Il fut d’ailleurs l’objet, ainsi que le curé, d’une protestation adressée au roi par François de Baudre, chapelain du roi en l’abbaye de Montmartre qui prétendait qu’ils n’avaient cherché, lui et le curé, que leur intérêt au détriment de l’église.
Plus tard, on trouve en 1774 un d’Argouges, seigneur de Baudre, et en 1787, la seigneurie était passée à Léonor Kadot, lequel assista à l’assemblée de la noblesse du bailliage de Coutances, réunie en 1789 dans la cathédrale de Coutances, en compagnie de son parent Charles Kadot de Sébeville, capitaine au régiment de Bourbon.
Il faut aussi avoir une idée de l’état dans lequel vivaient les nobles de Baudre dont la paroisse comptait alors vingt-huit feux. En 1767, pour la confection des rôles de 1768, Antoine Hue, syndic de la paroisse, déclara qu’à Baudre « le territoire est un demi-tiers de bon fond, un demi-tiers médiocre et les deux autres mauvais ». Il estima la surface « par entendre dire » à 800 vergées environ.
Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
D’argent au croissant de gueules, accompagné de six merlettes du même, trois rangées en chef et trois en pointe, 2 et 1.
Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints.
En 2013, la commune comptait 535 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Baudre a compté jusqu’à 415 habitants en 1806. Ce maximum n’a été dépassé qu’au recensement 2006.
Le week-end du dernier dimanche d’août a traditionnellement lieu la Saint-Ouen avec messe, repas champêtre, vide-greniers, courses pédestres…
Sur les autres projets Wikimedia :

Nikos Boudouris

Nikolaos “Nikos” Boudouris (alternate spelling: Mpoudouris) (Greek: Νικόλαος “Νίκος” Μπουντούρης) (born 25 September 1971 in Volos, Greece) is a retired Greek professional basketball player. He started his career with the youth team of Olympiakos Volou BC. In 1989, he moved to PAOK Thessaloníki, at the age of 18 adidas online shop.

While playing for PAOK

Ted Baker UK Rowe Gathered Top Dress Nude Pink

Ted Baker UK Rowe Gathered Top Dress Nude Pink

BUY NOW

£159.00
£83.99

, Boudouris won the European Cup Winners’ Cup in 1991, the Korać Cup in 1994, the Greek championship in 1992 and the Greek Cup in 1995. Boudouris was also a 2 time European Cup finalist in the years 1992 and 1996 while with PAOK. In 1998, he moved to Panathinaikos and he won the Euroleague Championship with them in the year 2000 Nike voetbalschoenen online winkel. He also won 2 Greek Championships with Panathinaikos (1999 and 2000).
In 2000 he moved to Olympiacos and with them he won the Cup in 2002. In 2003, he played for Makedonikos and in 2004 he moved on to Maroussi. While playing for Maroussi he helped to lead the team to the second place position in the regular season in 2005, and he was also a Greek Cup finalist with Maroussi in 2006 giuseppe zanotti outlet. In 2008 he announced his retirement from basketball
As a member of the senior men’s Greek national team, Boudouris was on the Greek team that finished in fourth place position at both the 1994 FIBA World Championship and the 1998 FIBA World Championship. He also played at the EuroBasket 1997 (4th place) and at EuroBasket 2001s.
Before the 2008–09 season, Boudouris was hired as the technical manager of PAOK Thessaloniki.

Vítor Moreno

Vítor Manuel Borges Moreno, né le 29 novembre 1980 (35 ans) à Lisbonne (Portugal) est un footballeur portugais naturalisé cap-verdien, qui évolue au poste de défenseur a l’União Leiria.
Il est défenseur et joue en équipe du Cap-Vert de par ses origines. Sa première sélection date du 4 septembre 2005 contre la République démocratique du Congo (défaite 1-2).

Il débute le football au Benfica Lisbonne en 1992 et fréquente les équipes de jeunes jusqu’en 2002 bogner france. Il s’engage ensuite une saison avec le Odivelas FC bogner france.
Lors du mercato d’été 2009, il signe à Leiria, promu en Liga Sagres après une saison en Liga Vitalis. Il retrouve à Leiria, un autre cap-verdien en la personne de Marco Soares avec qui il a déjà joué à Barreirense nike soccer jerseys 2016 outlet.
Avec Leiria il joue assez régulièrement mais n’est pas titulaire. Il dispute 14 matchs de championnat et marque un but le 30 janvier 2010 contre Olhanense (victoire 2-0). En juin 2010, il est recruté par le nouvel entraîneur de l’AD Ceuta

Bogner Cervinia Handschoen Rood Geïsoleerde franca Rose Print Skibroek Rood Gore-Tex Winter Laria-D Roze Wit Ski Jas

Bogner Cervinia Handschoen Rood Geïsoleerde franca Rose Print Skibroek Rood Gore-Tex Winter Laria-D Roze Wit Ski Jas

BUY NOW

€733,00
€586,00

, João de Deus, qui n’est autre que l’ancien sélectionneur de la sélection du Cap-Vert.
Au total, Vítor Moreno aura joué 67 matchs en 1ère division portugaise et inscrit 4 buts dans ce championnat.

Erwin McManus

Aaron, Mariah
Erwin Raphael McManus (August 28, 1958) is an American author, lecturer, and pastor of Salvadorean descent. He is the lead pastor of Mosaic Church, a Christian community in Los Angeles, California 2016 lågpris Nike fotbollsskor. He made his name first by becoming a popular speaker on issues related to postmodernism and postmodern Christianity, but also writes and lectures on topics such as culture, change, creativity, and leadership.

Born Irving Rafael Mesa-Cardona, in El Salvador, McManus’ family immigrated to the United States when he was very young. He was raised in Florida. Regarding the name McManus, the minister reported that “it is not an adopted name, it was my step-father’s name and I made it legal … My mom married someone here in the United States … that’s how we ended up being called McManus.”
McManus earned his B.A. from the University of North Carolina and his M.Div. from Southwestern Baptist Theological Seminary in Fort Worth, Texas. He and his wife Kim have two children, Aaron and Mariah, and a foster daughter, Paty.
Serving as a church planter in Dallas, McManus began two congregations where he worked among the urban poor. In the late 1980s and early 1990s, along with brother Alex, he was employed to replace what were described as “outdated and stagnant” church leadership teams with “younger and fresher thinkers.”[citation needed] He moved to Los Angeles in 1993 where he eventually took the role of pastor at Mosaic. Since the 1990’s, McManus has been associated with the Leadership Network. In addition, he partners with Bethel Seminary as a lecturer and futurist.
As Lead Pastor of Mosaic, McManus speaks at four Sunday services (all considered one church) in Pasadena, Hollywood, Pomona and downtown Los Angeles. He headed up the creation of the Mosaic Alliance, a loose association of like-minded churches. He also presides over the “Origins” conference held yearly at Mosaic. McManus was instrumental in organizing the “Rethink” conference saying “We need to know where things are going so we can get there first.”[citation needed] He catalyzed The Barbarian Project internship saying “The greatest enemy to the movement of Jesus Christ is Christianity.”[citation needed]
McManus has introduced various psychological personality metrics to his church. Techniques include the Myers-Briggs type indicator and Gallup’s Strengths Finder 2016 lågpris Nike fotbollsskor. In recent years he has also founded Awaken, a collection of poets, artists 2016 lågpris Nike fotbollsskor, film makers and humanitarians whose stated goal is “maximizing the divine potential” in every human being,.
Paid speaking engagements have taken McManus to over 30 countries and his work is featured in films, articles, and magazines worldwide 2016 lågpris Nike fotbollsskor. In 2011, he spoke at The Global Leadership Summit, which is put on by Willow Creek Association and founded by Bill Hybels.
In 2004, McManus entered into filmmaking. He earned credits as a producer, writer, actor, and director. In a 2014 interview, McManus reported that (until 2013) he owned both a fashion company and a film company both of which collapsed financially; though, McManus later took out loans to pay employees and finish contracted projects. McManus designed handbags and apparel and sold them through an internet company.

USS President Hayes (APA-20)

USS President Hayes (APA-20) was a President Jackson-class attack transport that saw service with the US Navy in World War II.
President Hayes was laid down as MC Hull No. 55 by the Newport News Shipbuilding and Dry Dock Co Red Wing shoes online. 26 December 1939; launched 4 October 1940; turned over to American President Lines 20 February 1941; acquired by the Navy 7 July 1941; designated AP–39; and commissioned 15 December 1941, Commander F. W. Benson in command. The ship was redesignated an attack transport (APA-20) on 1 February 1943.

On 6 January 1942 President Hayes sailed for San Diego, California

Ted Baker UK Aretia Beaded Dress Black

Ted Baker UK Aretia Beaded Dress Black

BUY NOW

£499.00
£88.99

, via the Panama Canal. During February and March she evacuated civilians and service dependents from Pearl Harbor, then conducted amphibious assault exercises off San Diego, California. On 1 July, with U.S. Marines embarked, she sailed for the Tonga Islands to stage for the assault on Guadalcanal.
On the evening of 7 August, while under air attack, President Hayes landed units of the 2nd Marine Regiment on the northeastern side of Guadalcanal. For the next two months she brought supplies and reinforcements from Tonga, Nouméa, and New Zealand. Then, during December, she moved cargo forward from Australia and New Zealand to New Caledonia. In January 1943 she resumed reinforcement runs to Guadalcanal and, as APA–20 (effective 1 February 1943), continued that duty until June.
In June she participated in the Rendova landings, shooting down 7 enemy planes. In July, President Hayes completed another troop lift to Guadalcanal, then carried cargo between Guadalcanal, Nouméa, Efate and Espiritu Santo. On 30 October she embarked units of the 3rd Marine Division at Guadalcanal for the invasion of Bougainville Island, 1 November, then brought in reinforcements and replacements during the rest of November into early January 1944.
On 20 March units of the 4th Marine Regiment, transported by President Hayes, peacefully occupied Emirau Island. In April and May she transported Army replacements for the Marines on New Britain. On 4 June she sailed, with units of the 3rd Marine Division embarked, for the Marshall Islands to stage for the assault on Guam. Enemy resistance during the Saipan operation delayed sailing, but on 21 July she landed her troops and supplies east of Apra Harbor.
After resupply runs to various bases, President Hayes was off Leyte 21 October. Retiring to Manus Island 29 October after unloading her troops, she witnessed the explosion of ammunition ship USS Mount Hood (AE-11) on 10 November. President Hayes was not hit and dispatched fire and rescue parties to the stricken ships.
Steaming for San Francisco and overhaul the following day, she returned to the Pacific and made runs between Espirito Santo, Guadalcanal, and Nouméa. During the invasion of Okinawa, President Hayes, with other units of Transport Division 32, had Ready Reserve troops embarked, and after the beachhead had been secured landed her troops and embarked the 81st Army Infantry Division to stand by as a floating reserve. She then steamed to the Philippines, and from May to July moved more troops up from the southwest Pacific to the Philippines. Japan surrendered while she was at San Pedro, California loading more troops for deployment to the Pacific Theater.
President Hayes arrived at Manila 14 September, then, with troops of the 25th Infantry Division aboard, continued on to Wakayama, Japan, arriving 7 October. On 29 October the troops were debarked at Nagoya, and the next day President Hayes departed for duty with Operation Magic Carpet, returning 1400 dischargees from the Marianas to Los Angeles, California, on each of two round trips.
On 1 January 1946 she reported to the Naval Transportation Service to deliver dependents of service personnel to Honolulu. President Hayes continued to operate with the U.S abiti valentino. Pacific Fleet into 1949.
President Hayes was decommissioned 30 June 1949 at Mare Island. She was assigned to the Stockton Group, Pacific Reserve Fleet, 28 November 1950 bogner jackets. Her name was stricken from the Navy List and she was transferred to the Maritime Commission 1 October 1958. She was sold for scrap in February 1973.
President Hayes earned seven battle stars for World War II service.
This article incorporates text from the public domain Dictionary of American Naval Fighting Ships. The entry can be found here.

Vittorio Culpo

modifier – modifier le code – modifier Wikidata
Vittorio Culpo (1904-1955) est un résistant franco-italien.

Né en 1904 au sein d’une famille de cultivateurs pauvres de la province de Trévise en Vénétie, Vittorio Culpo connaît une enfance laborieuse où les fréquentes disettes et brimades lui forgent précocement un caractère d’acier. Jeune homme, il se fait remarquer dans sa province pour ses multiples talents qui lui valent une petite réputation de caïd local, aussi est-il souvent bien entouré. Dès l’arrivée au pouvoir de Mussolini, il se positionne fermement contre le fascisme et organise des réunions qui lui vaudront quelques ennuis. En 1924, à la suite d’une mauvaise rixe qui opposait de jeunes ouvriers agricoles à une escadrille fasciste, il se voit contraint de fuir dans la montagne ou il se réfugie.
Recherché activement par la milice en chemises noires, Vittorio Culpo se réfugie en France où il travaillera quelque temps dans l’industrie dans l’est ou il est assigné à résidence et tentera d’oublier les tourments politiques de sa vie italienne. Après sa période d’assignation à résidence il rejoint ses frères Jean et Louis à Mirefleurs près de Clermont Ferrand ou ils habitent. Victor Culpo reste cependant malmené et choqué par le milieu ouvrier français des années 1930, où il n’est pas rare qu’on l’insulte, qu’il y soit traité de « fasciste », au seul motif qu’il est italien. A Mirefleurs il rencontrera Francesca Arduini venue en France pour aider sa belle-sœur Maria Arduini qui venait d’accoucher de son 4ème enfant. Son séjour qui devait durer seulement quelques mois se prolongera toute sa vie crampons de football de puma pas cher. Mariée avec Vittorio le 22 Février 1933 à Mirefleurs ou ils résideront jusqu’à leur mort maje soldes. Ils ont eu 2 enfants ; Elise née en 1935 et Jean né en 1938. Ils insistent pour que leurs deux enfants soient élevés en bons Français et interdit la langue vénète ou italienne à la maison. C’est alors tout naturellement qu’en 1939 Victor Culpo s’engage dans l’armée française dès les premières heures de mobilisation. Il combattra vaillamment jusqu’à la défaite. De retour sur sa terre d’adoption, l’Auvergne, il y restera durant l’occupation allemande. Plus tard,il est réquisitionné pour le STO (service du travail obligatoire). En partance pour l’Allemagne, le convoi qui l’emmène, déraille près de Nevers. Blessé à la jambe lors de ce déraillement il revient au foyer pour être soigné. Sa blessure étant invalidante, il ne repartira pas. Travailleur infatigable, d’abord comme maçon puis comme ouvrier aux usines Bergougnan Il eut une vie laborieuse jusqu’à sa mort en 1956 à Mirefleurs. Son arrière-petit-fils, Sébastien Culpo, lui consacrera un court-métrage. Ceux qui l’ont connu se souviennent de lui comme un homme physiquement beau, fort, d’un tempérament humble et courageux.
« … Les jeunes hommes jouaient paisiblement aux boules, sur la place du village, quand l’escadrille arriva. C’était un camion noir qui transportait une dizaine d’hommes vêtu de l’uniforme noir, criant des slogans à la gloire de Mussolini. Mon père et ses camarades connaissaient bien ces escadrilles belliqueuses qui avaient déjà fait du vilain dans la région, notoirement hostile au fascisme. Le camion s’arrêta brutalement devant l’église et tous les fascistes en sortirent, matraque au poing. Le capitaine de l’escadrille, qui portait un bouc et une prothèse acérée en forme de crochet à la place de la main droite, vociféra quelques ordres et les chemises noires s’alignèrent, entonnant un chant fasciste et saluant du signe qu’on leur connaît. Par provocation, mais aussi par la plus courageuse des convictions, mon père s’avança et, en guise de réponse au salut fasciste, montra son poing serré, le bras plié. Ses amis l’imitèrent. La violente équipée ne tarda pas à se ruer sur eux et une échauffourée de tous les diables éclata. Certains des jeunes amis de mon père jetèrent les boules sandro soldes, la plupart se battaient à mains nues. Mon père, qui avait été repéré comme le meneur, subissait de nombreux assauts, et dut faire face à plusieurs hommes armés de barres, tandis que le capitaine, par derrière, lui envoya un violent coup de crochet au temporal droit, qui lui coupa l’oreille et le mis au sol. Mais il n’était pas sonné et la rage lui vint. De colère, il courut sur l’enclos du terrain de boules et arracha un pieu du sol, puis revint armé de cette massue de fortune et frappa ce fameux capitaine de toutes ses forces (qui étaient considérables). La tête du mauvais capitaine ne résista pas au coup et l’homme tomba lourdement, sur le sol. Les fascistes lancèrent la promesse de revenir cent fois plus nombreux et s’en allèrent. Mon père passa chez sa mère, prit quelques affaires et ne remit plus un pied au village. »
— Racontée par Jean Culpo in le Fusil du Contadin’, éditions La Galipote, 1984 maillots de foot en ligne.